Termes funéraires : origine et étymologie

Pourquoi les « pompes funèbres » s’appellent-elles ainsi ? D’où provient le terme « croque-mort » ? La « mise en bière » a-t-elle un rapport quelconque avec la boisson ? Tout le monde emploie régulièrement les noms communs liés au funéraire, mais peu en connaissent l’origine ou la signification première. Voici un petit lexique qui va vous apprendre l’histoire du vocabulaire funéraire.

Pompes funèbres

En latin, « pompa » signifie « procession, cortège, apparat ». À l’époque de la Rome Antique, ce terme faisait référence aux cortèges populaires qui précédaient les grandes manifestations publiques. Parmi toutes ces cérémonies, la « pompa funebris » désignait les somptueuses processions réalisées lors de décès de personnalités importantes. De nos jours, les pompes funèbres ne qualifient plus la cérémonie en elle-même, mais les entreprises chargées de l’organisation des obsèques.

Croque-mort

Apparu au XVIIIe siècle, le terme « croque-mort » est sujet à diverses légendes. La première raconte qu’à l’époque, la seule façon de savoir si une personne était réellement décédée était de lui croquer un orteil. Si la personne ne se réveillait pas, on pouvait alors l’enterrer sans crainte. Une autre croyance rapporte qu’au Moyen-Âge, lorsque la peste noire sévissait, les corps des défunts étaient ramassés avec des « crocs » de bouchers attachés sur le bout d’un bâton, pour éviter toute contamination.

Finalement, il semblerait que l’explication soit beaucoup plus simple : le terme croque-mort viendrait du terme « croquer » qui signifiait à l’époque « faire disparaître », et que le croque-mort était tout simplement « celui qui faisait disparaître les corps », en les mettant dans un cercueil.

Mise en bière

À l’origine, la bière désigne la civière sur laquelle le défunt était allongé. Au Moyen-Âge, les personnes décédées étaient enterrées ou déposées dans la fosse commune avec leur bière, c’est-à-dire leur brancard. Aujourd’hui, le cercueil a remplacé la bière, mais le terme est resté. La mise en bière désigne donc le fait de mettre le corps du défunt dans son cercueil.

Corbillard

Au Moyen-Âge, les céréales, le vin, le fromage et autres denrées destinées à approvisionner Paris en nourriture transitaient par le port de Corbeil-Essonnes. Les bateaux à fond plat qui ravitaillaient la capitale étaient alors appelés les « corbeillards ». Lors des épidémies de peste, récurrentes au cours du XIVe siècle, ces embarcations servaient également à transporter les corps des pestiférés vers les fosses communes de Corbeil-Essonnes. C’est ainsi qu’aujourd’hui, les corbillards désignent le véhicule qui sert à transporter les défunts, dans leur cercueil, vers leur dernière demeure.