Colombarium, cavurne : où déposer les cendres d’un défunt ?

Suite à une crémation, la question se pose de savoir où déposer l’urne funéraire. La loi française interdisant de garder chez soi les cendres d’un défunt, plusieurs options sont alors possibles : les disperser ou encore disposer l’urne dans un caveau familial, un columbarium ou un cavurne. Zoom sur ces deux dernières solutions.

Cavurne et columbarium : quelles différences ?

Le columbarium est un monument cinéraire construit hors-sol, constitué de plusieurs cases individuelles pouvant chacune accueillir une ou plusieurs urnes. Le cavurne, quant à lui, est un petit caveau placé directement en terre. Une fois l’urne placée à l’intérieur, le caisson est alors recouvert d’une dalle qui peut être surmontée d’une stèle, en fonction du règlement du cimetière. Le cavurne requiert donc une tombe individuelle : tout comme le columbarium, il faut en faire la demande directement auprès de la mairie, laquelle délivrera alors une concession. Contrairement au columbarium, qui est un monument cinéraire collectif accueillant des dizaines d’urnes, le cavurne constitue un lieu de recueillement privé.

Cavurne et columbarium : prix et concession

Le cavurne et le columbarium sont des emplacements qui font l’objet d’une concession, dont la souscription se fait auprès de la mairie de la commune concernée. Les durées de concession sont de 8, 10, 15, 30 ans voire plus, selon les villes. Le tarif dépend de la durée choisie et de la ville où a lieu l’inhumation. Pour une concession de 15 ans, le prix d’un columbarium oscille généralement entre 300 et 500€. Pour une durée équivalente, le tarif d’une concession en cavurne se situe entre 200 et 300€. Dans les deux cas, un an avant la fin de l’échéance, la mairie prévient la famille qui peut alors choisir de reconduire la concession. Le cas échéant, les cendres seront conservées un an dans un caveau municipal avant d’être dispersées dans le jardin funéraire du cimetière de la commune.